l'histoire de Léo Major

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

l'histoire de Léo Major

Message par 'Major le Sam 24 Juin - 2:09

Léo Major

Mon enfance

Je suis le fils aîné d'Achille Major et d'Amanda Sévigny, une famille Québecoise. Mon père, ouvrier des chemins de fer Canadian National, bénéficie d'une affectation temporaire de travail pour un programme d'échange avec l'American Railroad Company. C'est pendant cette période, le 23 janvier 1921, que naît le premier des enfants de la famille d'Achille: Moi. Après l'achèvement de ses travaux, en septembre 1921, la famille retourne à Montréal — d'où les Major étaient originaires. Ma famille habite successivement au 1351 des Érables en 1924, au 4389 Chambord en 1935, puis finalement sur la rue Frontenac à partir de 1938. Au cours des 14 années suivantes, mes parents auront 12 autres enfants. Mon père étant souvent parti pendant de longues semaines, œuvrant sur un chantier de construction des chemins de fer, ma mère Amanda était seule pour élever les 13 enfants. Je subis à cette époque l'expérience traumatisante de mon père qui, lorsqu'il revient d'un long séjour à l'extérieur, me bat avec sa ceinture à la suite des récits de ma mauvaise conduite que fait ma mère. Pour une raison qui demeure obscure, je suis l'unique cible des crises de rage de mon père. En plus des sévices, je suis également soumis à de la violence psychologique, alors que mon père me réprimande souvent en me disant que je suis « qu'un paresseux, une mauviette et un peureux qui ne pourra jamais réussir dans le monde compétitif d'aujourd'hui ». Dans les années 1920, Achille, mon père devient protestant. Je vais étudier à l'école anglaise jusqu'à l'âge de 14 ans, ce fut un enfer. À 14 ans , au cœur de la grande dépression, je quitte mon domicile familial .  Je partis vivre chez ma tante Annie et mon oncle Émile Major, également résidents de Montréal.  Je travaillas dans une ferme.  Ma tante et mon oncle remarquas mon tempérament à faire des choses dangereuses et difficiles ; j'hérite donc du travail périlleux de dynamiteur.

  (ma maison d'enfance )

Mon Enrôlement
Je me suis enrôlé dans l'armée en 1940 à l'âge de 19 ans.  Je suis affecté dans un premier temps au Royal 22e Régiment et je reçois un  entraînement à la base des forces canadiennes Valcartier près de la ville de Québec.  Lorsque j'appris que le Régiment de la Chaudière sera le prochain régiment à être envoyé en Europe, je demanda avec avec succès mon transfert dans cette unité.  Le 22 septembre, je quitte Valcartier pour Sussex, au Nouveau-Brunswick et j'y poursuit mon entraînement jusqu’au 19 juillet 1941 alors que je m’embarque avec Le Régiment de la Chaudière à bord du SS Strathmore en route pour l’Angleterre.  La traversée dure huit jours et, le 28 juillet, le convoi arrive au port de Gouroch, au nord de l’Écosse.  Le Régiment prend ses quartiers à Aldershot le 31 juillet.



Mon Entraînement
Une fois au Régiment de la Chaudière en Écosse, l'entraînement débute et dure trois ans et demi: de l'aube jusqu'au coucher du soleil, 6 jours par semaine, 50 semaines par année. Je suis l'un des rares à maîtriser la langue anglaise, la majorité des recrues du régiment pouvant difficilement parler cette langue, je progresse rapidement dans les unités d'entraînement de la base militaire. Je suis spécialise dans le tir de précision, la reconnaisance et les opérations de commando. Je me révèle avoir des excellentes capacités visuelles, auditives, d'infiltration et d'endurance. Durant mon temps libre, je m'entraîne à la boxe.

C'est durant cette période d'entraînement que je me suis lié d'amitié avec Sean Arsenault, qui comme moi est un soldat Québécois de Montréal.



Exploits

Débarquement en Normandie:

Je participe au débarquement en Normandie le 6 juin 1944 en débarquant à Juno Beach avec le Régiment de la Chaudière, alors que les troupes canadiennes-anglaises du Queen's Own Rifles of Canada sont clouées au sol. Avec cinq autres soldats du régiment de la Chaudière, je détruit une partie du mur d'un bunker abritant un nid de mitrailleuses allemand en posant une mine Bangalore. Le bulldozer accompagnant son régiment fait une brèche dans le mur et les soldats canadiens surprennent une centaine de soldats allemands et les font prisonniers.


Capture d'un Hanomag:

(témoignage d'un de ses coéquipiers)
Plus tard dans l'après-midi, Léo et un soldat sont assignés à une mission de reconnaissance pour explorer le terrain derrière les collines boisées marquant les lignes ennemies. L'objectif de leur mission est de collecter la position des unités allemandes, leurs forces ainsi que leurs armements et de rapporter ces informations au commandant.

Lors de cette mission, ils aperçoivent un Hanomag SdKfz 251, un véhicule blindé allemand semi-chenillé muni d'un canon antichar de 75 mm, occupé par trois soldats allemands. Les deux éclaireurs quittent alors la route et se cachent derrière une haie alors que le véhicule arrive sur la route. Ne voyant aucune autre troupe ennemie, les deux soldats décident de capturer le véhicule et ses occupants afin de pouvoir les interroger. Au moment où le véhicule ennemi passe à leur hauteur, Léo vise et blesse le chauffeur à l'épaule, de sorte qu'il puisse encore conduire le Hanomag pour rejoindre les troupes canadiennes. Au même moment, l'autre éclaireur tire sur le mitrailleur et le tue sur le coup. Le chauffeur blessé et l'autre soldat se rendent alors.

Les soldats Canadiens indiquent par la suite au chauffeur de prendre la direction du quartier général des forces canadiennes, à quelque cinq kilomètres de leur position. Sur le chemin, ils repèrent une section de commandos d'un bataillon anglo-canadien se préparant à traverser un pré. L'un des soldats de cette section porte un transmetteur sans fil. Léo et l'autre soldat firent alors des signes en criant le plus fort possible, afin que les soldats canadiens comprennent que le véhicule allemand était capturé et mené par des troupes amies.

Alors que les deux soldats racontent la capture du Hanomag et la blessure au conducteur, le sergent de la section contacte son bataillon afin de faire préparer des soins médicaux pour le conducteur allemand blessé qui était en douleur intense et saignait abondamment. Lorsque Léo arrive au bataillon anglo-canadien avec le Hanomag, les deux soldats sont reçus avec chaleur et exaltation par la troupe, en raison de la témérité de cette capture.

Le commandant en chef du bataillon demande alors à Léo de leur céder le véhicule capturé. Léo refuse en disant « Non monsieur, nous refusons de faire cela car nous avons capturé ce véhicule, de même que tous ceux et ce qui s'y trouve; nous allons le remettre au commandant de notre régiment, le major Gustave Tascherau »7. Léo apprit quelques jours plus tard que le véhicule contenait des transmetteurs sans fil et plusieurs livres contenant des codes secrets de communication.


La perte de mon œil gauche:

(témoignage d'un de ses coéquipiers)
Le 24 juin 1944, Léo et quatre soldats sont affectés à une mission de reconnaissance des lignes ennemis lors de la bataille de Caen. Ils arrivent face à face avec une patrouille de la 1re Panzerdivision SS Leibstandarte-SS-Adolf Hitler composée de cinq soldats allemands.

Les soldats canadiens tirent sur la patrouille et tuent quatre soldats allemands sur le coup. Le cinquième soldat, mortellement blessé, réussit à lancer une grenade au phosphore. Dans l'explosion, Major est blessé à l'œil gauche. Il est par la suite transporté dans un hôpital de campagne afin d'être examiné. Le médecin qui le soigne lui déclare : « Mon ami la guerre est finie pour vous. Vous allez retourner en Angleterre. », ce à quoi Major répond : « C'est impossible monsieur, je suis un tireur d'élite dans ma section, ils ne peuvent fonctionner sans moi; mon œil droit est parfait et c'est l'œil que j'utilise pour le tir de précision ». Il refuse d'être évacué. Le médecin le renvoie à son unité après lui avoir fait un bandage avec un élégant cache-œil. Selon lui, « il ressemblait à un pirate ». Léo continue son service comme éclaireur et tireur d'élite8,

Pendant la bataille de Normandie, il détruit un char d'assaut Panzer dans le village de Rots et élimine les SS qui tendent une embuscade à une escouade du Régiment de la Chaudière.

*je ne vous raconterai pas tout ses exploits mais en voici quelques autres*

Bataille de l'Escaut: Capture de 93 soldats, Dos brisé, libération de Zwolle,
Guerre de Corée et seconde DCM


Honneurs


Je suis un des 38 Canadiens à avoir reçu deux Distinguished Conduct Medals, mais le seul soldat à les avoir reçues dans deux guerres différentes. Dans tout le commonwealth britannique, il n'y a que trois soldats qui partageait  cet honneur. Je suis aussi le seul soldat connu pour avoir libéré une ville à moi seul.

Le Régiment de la Chaudière a créé un trophée en mon honneur et me décerne annuellement à la compagnie la plus efficace.

Parrainé par le député Daniel Breton du Parti québécois, la Médaille de l’Assemblée nationale a m'a été remise le 11 novembre 2013, à titre posthume, lors de la Commémoration québécoise du jour du Souvenir de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal.

Mes médailles:

Distinguished Conduct Medal avec agrafe


1939-45 Star


France and Germany Star


Médaille de la Défense 39-45


Médaille du Service volontaire


Médaille de la guerre 1939-1945


Médaille de Corée


Médaille canadienne de Service volontaire en Corée


Médaille des Nations Unies de Corée



Mes Problèmes

Après toute ces guerres, j'ai eu de nombreuses blessures Physiques et mentales.  C'est pour cela que j'ai parfois.. des sautes d’humeurs.  Il m'arrive parfois de tuer, de maltraiter et de faire des choses ignobles à cause de cette ''maladie''.  Selon les médecin, je devrais être dans un hôpital psychiatrique, mais si je serais eux, je n'y tiendrais pas vraiment..


Signé
Major


Dernière édition par 'Major le Sam 24 Juin - 16:31, édité 1 fois
avatar
'Major

Messages : 14
Date d'inscription : 24/06/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'histoire de Léo Major

Message par Paul Delice le Sam 24 Juin - 10:15

Très belle histoire RP !
avatar
Paul Delice

Messages : 40
Date d'inscription : 21/07/2016
Age : 15
Localisation : Yaviska

Fiche de perssonnage
Nom et Prénom: Lucas
Âge: 15
Profession: Père de Sathan xD

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'histoire de Léo Major

Message par Moriarty le Sam 24 Juin - 10:25

Super histoire très bien écrite en plus, bravo !
avatar
Moriarty

Messages : 109
Date d'inscription : 28/10/2016
Age : 16
Localisation : Paris

Fiche de perssonnage
Nom et Prénom: Moriarty Zacmalof
Âge: 32
Profession: Chômeur à plein temps !

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'histoire de Léo Major

Message par 'Major le Sam 24 Juin - 16:26

merci !
Very Happy
avatar
'Major

Messages : 14
Date d'inscription : 24/06/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'histoire de Léo Major

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum